FR | DE |

search

 

« Si la recherche menée sur les animaux continue d'être incapable de prédire raisonnablement ce qu'on peut attendre chez l'homme, le soutien publique et le financement de la recherche préclinique sur les animaux semblent mal placés »

The British Medical Journal, 5 juin 2014


Quels remplacements de l'animal pour la recherche ?
 

Des dizaines de millions d’animaux sont utilisés chaque année pour la recherche médicale, mais le résultat en terme de santé publique est dérisoire. Selon le modèle animal, la probabilité de pouvoir transposer les résultats à l’homme est faible. Plus ennuyeux, on ne sait généralement pas à l’avance quels résultats seront ou non transposables. La corrélation des résultats n’est établie que de façon retrospective.

Pour notre santé, nous devons encourager le développement de méthodes utilisant des données et du matériel humain.

Malgré le peu de moyens alloués aux chercheurs développant ces nouvelles méthodes de recherche, des progrès spectaculaires ont été réalisés ces dix dernières années :

Tissus et organes in vitro

Des tissus et des organes in vitro sont utilisés aujourd’hui pour tester les produits cosmétiques (peau et œil artificiels contenant des cellules humaines). Il existe également des modèles tissulaires plus complexes, comme celui de la société romande Epithélix qui a réussi à reconstituer in vitro un modèle d’épithélium respiratoire à partir de cellules provenant de déchets opératoires. Ce modèle est une sorte de « mini-poumon » qui permet de tester l’efficacité de nouveaux traitements contre les maladies respiratoires.

Cellules 3D

Une culture de cellules 3D est un environnement artificiellement créé dans lequel les cellules biologiques réussissent à croître et interagir avec leur environnement dans les trois dimensions. Cette technique est une amélioration par rapport à la méthode précédente de cellules en croissance en 2D (dans une boîte de Pétri) parce que les modèles 3D sont plus proche du modèle in vivo (le vivant).

Cellules souches

Il est possible de prélever des cellules adipeuses (suite aux interventions de chirurgie esthétique) et ensuite de les « convertir » en cellules du système nerveux. Il est possible également de cultiver des « mini organes » à partir des cellules souches (mini foie, mini cœur).

Puces ADN

Il s’agit d’un ensemble de molécules d'ADN fixées en rangées ordonnées sur une petite surface (par exemple du verre) et qui permet d'analyser le niveau d'expression des gènes (transcrits) dans une cellule, un tissu, un organe ou un organisme. La mesure de l'expression de gènes s'applique à de nombreux domaines de la biologie et de la médecine.  

IRM, SPECT, PET

Des nouveaux procédés d’imagerie permettent d’étudier de façon non invasive le cerveau de volontaires humains. Ils permettent de visualiser l’activité neuronale impliquée dans des maladies liées à la dépression, la dépendance aux drogues, etc.

. . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . .

»» Soutenez notre campagne de votation un don. Mille mercis!
. . . . . . . . . . . . . . . .

Quels remplacement de l'animal pour la recherche ?
»» Lire

. . . . . . . . . . . . . . . .

Quand c’est la Cellule... qui fait la recherche
»» Lire

. . . . . . . . . . . . . . . .

Les méthodes substitutives pour la recherche médicale et toxicologique
»» Lire

. . . . . . . . . . . . . . . .